Family Value Pack

©Cosmin Bumbutz

L’ami Paul Kendall est actuellement en train de travailler sur son prochain album, qui s’intitulera ‘Family Value Pack’. Cet album succédera à l’excellent ‘Angleterror’ que vous pouvez toujours commander chez Catwerk Imprint.

Il y a deux mois, Paul a créé un tumblr censé nous tenir informé de l’avancée de son travail sur ce nouveau disque : Penman.Kendall.Interlude. A ce jour, un seul billet a été posté. Vous en trouverez la traduction ci-dessous:

La théorie du chemin de l’évasion.

Pour cette balade, je raconterai ici quelques aspects du nouvel album ‘Family Value Pack’. Psychologiquement, j’avais fixé la date de sortie de ce disque au 18 avril 2014, une date que j’avais choisie car la deuxième piste du disque ‘Track 2 Water’ avait été mixée à la même date en 2004. La version qui apparaitra sur le disque a été vocalement améliorée (égalisation et édition brutale), pour être en phase avec le rôle général de la voix sur FVP.

Avant ce commencer ce nouveau disque, FVP, j’ai pris la décision, comme la guitare était le fil rouge d »Angleterror’, que la voix devait être celui du projet suivant. Le principal écueil a toujours été de devoir écouter le son de ma propre voix. Dans mon travail pour d’autres artistes, le voix est très souvent le centre de mon attention et le détail est mon obsession. Il n’y aurait pas eu d’album sans avoir réussi à passer au-dessus de cette impasse vocale, qu’il a cependant été facile de résoudre.

Je me souviens que Brian Eno a rencontré un problème similaire avec sa propre voix qui a disparu une fois que de judicieux effets ont été utilisés pour masquer l’affront que lui procurait le timbre insupportable de sa voix. Ainsi armé des mes plug-ins préférés et de mes précieuses bêtises vocales, j’ai pu passer au-dessus du processus d’écoute et ainsi raisonnablement accepter ma voix. Elle se devait d’être là, c’était donc ainsi. Ceci dit, cela ne solutionnait pas le potentiel problème de la qualité des textes,  j’y reviendrai plus tard.

La parade vocale fut encore rendue plus facile car la plupart des sources vocales provenaient d’enregistrements effectués dans le milieu des années 70 au travers de différents appareils d’enregistrements du son : un radio-cassette Philips datant d’avant le walkman, une voix mono enregistrée sur une vague bande bon marché, transférée ensuite sur un dictaphone par un signal encore plus dégradé, pour finalement être enregistrée par de « vrais » micros et des enregistreurs DAT portables.

Interlude.

On en reste là pour le moment. A suivre…

Quand pouvons-nous espérer un nouvel album de Recoil ?

C’est effectivement la question que nous pouvons légitimement nous poser cette année, après une année 2013 plutôt avare en actualités. Étrangement, plutôt que de passer par des canaux officiels, Alan a choisi « l’obscur » (+8000 likes quand même) groupe Facebook ‘Alan Wilder Back To Depeche Mode group on Facebook‘ pour nous donner des nouvelles et communiquer sur le statut du projet Recoil cette année.

Pour les personnes suivant l’actualité d’Alan et grappillant des infos par-ci, par-là, on pouvait craindre que ces nouvelles soient plutôt pessimistes. Elles le sont…

Alan a répondu à des questions du groupe Facebook, sur le mode des mémorables Q+A de Shunt. Si la plupart des questions ont déjà été posées et reposées par le passé, la première d’entre-elle a le mérite de transcrire sans détour l’état d’esprit actuel d’Alan sur le projet Recoil en particulier et le monde de la musique en général en 2014.

Voici ci-dessous la traduction de la réponse d’Alan à la question :

 

Quand pouvons-nous espérer un nouvel album de Recoil ?

546384_10150960324850719_2030000571_n

J’ai bien peur que la réponse soit plutôt négative. Ce n’est pas ce que je souhaite mais je suis quelqu’un de réaliste.

Comme tout le monde le sait, les ventes de musique et de CD ont chutés de manière dramatique ces dernières années. Recoil n’est pas un projet financièrement viable et ne l’est pas depuis un moment maintenant. Depuis plusieurs années, je n’ai obtenu aucun revenu de la vente de ma propre musique. Chaque rentrée d’argent a servi à rembourser Mute Record qui a dépensé trop d’argent sur les premiers albums (ce n’pas de leur faute mais simplement un signe des temps de l’époque). Par exemple, il était normal à l’époque de dépenser disons £40.000 (environ €50.000) pour une vidéo (c’est le cas de ‘Drifting’ par exemple) – une vidéo qui a été très peu diffusée si je puis me permettre. Ceci dit, tout ça n’est pas du dépit ou de la rancœur de ma part, simplement une réalité.

Ces derniers temps et jusqu’à aujourd’hui, j’ai pour ainsi dire financé le projet par moi-même, enregistrant dans mon propre studio et ainsi de suite. Mute n’a jamais donné, et ne donnera jamais, une avance dans le climat actuel et je ne peux simplement plus me permettre de passer la majeure partie d’une année assis dans un studio à faire un disque que très peu de personnes au final achèteront. Malheureusement, la plupart des gens s’attendent actuellement à obtenir de la musique gratuitement, par l’échange de fichiers, le téléchargement illégal et ainsi de suite. Une tournée peut faire rentrer un peu d’argent mais ce n’est pas quelque chose vers laquelle je me dirige naturellement et si je devais former un groupe, j’en viendrais probablement à perdre de l’argent compte-tenu du nombre de billets que je pourrais raisonnablement m’attendre à vendre.

La réalité est que j’ai rendu service à gauche et à droite (à des personnes qui voulaient aider avec peu, voire pas du tout d’argent) pour simplement maintenir les choses en vie. Je sais très bien qu’il y a plusieurs méthodes pour plumer un canard – l’autoproduction, la collecte de fonds – et donc, je ne m’exclus pas complément de la partie. Cependant, j’ai de nombreuses autres priorités à gérer. Sincèrement, la musique n’est actuellement pas ma principale préoccupation, face à la nécessité de devoir gérer ‘la vie’. Une fois installé dans une nouvelle maison et après avoir reconstruit un petit studio (celui-ci est actuellement démonté et rangé dans des cartons), alors peut-être ressentirais-je le besoin de reprendre les choses là où je les ai laissées.

Alan Wilder – Février 2014

Source : Alan Wilder Back To Depeche Mode group on Facebook